Communiqués

Tous les articles

INFORMATIONS DES PRESIDENTS

Dimanche 9 juin au soir, après la sidération des résultats des élections européennes, Emmanuel Macron, Président de la République, annonce la dissolution de l'Assemblée nationale, nous plongeant toutes et tous dans l'effroi et la peur de voir l'extrême-droite au pouvoir.

La menace qui pèse sur notre démocratie, sur notre République n'a jamais été aussi forte depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Malgré les apparences lissées, les prises de parole et réparties maîtrisées, malgré le jeu médiatique pour le banaliser, le projet politique de l'extrême-droite reste le même : un programme et des propositions fondés sur un principe de préférence nationale et sur la désignation de boucs émissaires. Se nourrissant de la colère et du mécontentement, l'extrême-droite joue insidieusement à opposer la population : les Français contre les étrangers, les travailleurs contre les chômeurs, les écolos contre les agriculteurs, les Parisiens contre les « habitants des cités », les jeunes contre les vieux, ...
Pire encore, ils s'érigent en défenseur de la classe ouvrière après s'être opposé à toutes les mesures de progrès social comme l'augmentation du SMIC.

Ne soyons pas dupes, ces discours sont totalement incompatibles avec les valeurs républicaines de liberté, d'égalité et de fraternité.

À celles et ceux utilisant l'argument « on n'a jamais essayé » pour justifier leur choix, nous voulons leur dire que l'histoire et les exemples récents et actuels démontrent, en Europe et dans le monde (États Unis, Brésil, Russie, Hongrie, Argentine, Italie, Pologne), qu'à chaque fois, les libertés sont piétinées, les droits des minorités sont bafoués, les services publics et les politiques sociales sont réduits voire supprimés quand l'extrême droite est au pouvoir. Dans tous ces pays, la violence, la haine de l'autre ont remplacé les valeurs d'égalité, de solidarité et de fraternité.

Albert Camus écrivait « Quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet... mais ce n'est pas pour prendre de ses nouvelles ».

Nous, humanistes, militants, syndicalistes, fervents défenseurs des valeurs républicaines et attachés à la démocratie, nous vous appelons à vous mobiliser, à aller voter les 30 juin et 7 juillet afin de faire barrage à l'extrême-droite.

Quelles que soient nos convictions politiques, nous devons tout faire pour empêcher que l'extrême droite s'empare du pouvoir, que la haine de l'Autre l'emporte sur le Vivre Ensemble, que le racisme et les discriminations piétinent la tolérance, que le repli identitaire ne fasse disparaître la diversité culturelle.

Avec ces élections législatives se joue assurément l'avenir de notre société, mais également celui de nos entreprises, et donc de fait l'avenir de vos Activités Sociales !

Ne nous résignons pas, l'heure est à la mobilisation : les 30 juin et 7 juillet, exprimons notre voix, nos choix à travers les urnes pour préserver la démocratie et les valeurs républicaines qui sont les nôtres !
 


Claude Pommery, Président de la CCAS
& Jean-François Coulin, Président du Comité de coordination des CMCAS

 

 

119 visite(s)


Archives