LE SITE INTERNET DE LA CMCAS MARSEILLE

Régine Minetti, un ange est passé

Figure de proue du Mouvement de la Paix, Régine Minetti nous a quitté dimanche. Hommage.

 

C’est un choc. Infatigable militante animée par la conviction que seule la culture de la Paix, de son quartier à la planète, permettra de changer le Monde, Régine Minetti n’est plus. Depuis la funeste annonce, nombreux sont ceux qui pleurent cette femme lumineuse, tandis que se multiplient ici et là les hommages à celle qui a dédié sa vie à la Paix, et partagé avec tant d’autres sa gentillesse infinie.

 

Le Mouvement de la Paix perd une combattante exceptionnelle, qui plaçait la Paix au cœur de tout, savait fédérer avec douceur et fermeté, et mesurait combien le chemin vers un monde pacifié est loin d'être rectiligne. Cruelle ironie, elle disparaît alors que le Traité d'Interdiction des Armes Nucléaires entrera en vigueur en janvier – un succès qui doit beaucoup aux actions, à New York ou Hiroshima, qu’elle a organisées.

 

« La paix a cette capacité phénoménale à rassembler les générations. Elle est notre boussole, notre espérance et notre projet commun pour ne plus voir la guerre, les armes et les violences régir les relations humaines. »

Régine Minetti

 

Son chemin à elle, elle l’a tracé entre sourire et bienveillance, de ses premiers pas, en 1993, au sein du comité du 10ème arrondissement de Marseille, jusqu’à la présidence régionale du Mouvement de la Paix, sans oublier son mandat de secrétaire nationale de l’organisation, de 2011 à 2014, à laquelle elle a apporté son dynamisme et sa générosité, et ses engagements de femme, chrétienne, féministe, et militante CGT.

 

 

A Marseille, ce n’est pas faire offense à l’incroyable armada qu’elle sut réunir autour d’elle (de la Cmcas Marseille au CE des Cheminots ou du Port Autonome, entre autres) que dire que les Voiles de la Paix, qui célèbrent chaque année la Journée internationale de la Paix, furent d’abord portées par le souffle de cette ancienne employée de la Sécurité sociale, à l'énergie et au sens de l'organisation peu communs.

 

« Pour que la paix vive, nous avons besoin des moyens de la guerre. Un Rafale, c'est un hôpital régional. Un missile, c'est 70 écoles. Il faut faire des choix sociaux et humains »

Régine Minetti

 

Dimanche, son étoile a rejoint le firmament, où elle a sûrement retrouvé Florence Arthaud, la première marraine des Voiles de la Paix, dont elle avait fait sienne la devise : « Au grand large, il n’y a ni peuples ni frontières ». Nul doute que les deux femmes voguent ensemble aux confins du monde, hissant haut la grand-voile de l’espérance pour un monde solidaire et débarrassé à jamais de la guerre et des violences !

 

 

A François, Céline et Jean Baptiste, sans qui Régine n'aurait pas été celle qu’elle fut, et à tous ceux qui se retrouvent orphelins aujourd’hui, la Cmcas Marseille présente ses condoléances affectueuses. Si le Monde a besoin de Paix, la Paix a besoin de monde, et de belles personnes comme celle qui vient de nous quitter.

 

Du fait des restrictions sanitaires, un livret de condoléances a été ouvert en ligne ici.

 

Photo DR

185 visite(s)

EVENEMENTS A VENIR

ARCHIVES

SUIVEZ NOUS